Débat sur l’appartenance à la résidence principale d’un studio attenant03/07/2017  



Le cas d’espèce : Une femme achète avec son compagnon un appartement de quatre pièces en rez-de-chaussée et un studio au premier étage du même immeuble. Le couple occupe l’appartement, et la fille de la propriétaire, le studio. Lors de la cession de celui-ci, l’impôt sur la plus-value est payé. Ultérieurement, la mère revendique l’exonération de la plus-value pour cession de la résidence principale au motif que le studio ayant été acquis pour loger sa famille, il constituerait une partie de sa résidence principale.
Elle s’appuie sur doctrine administrative qui admet que lorsque deux appartements sont situés dans le même immeuble et que leur acquisition a été rendue nécessaire par le nombre des personnes à la charge du contribuable, ces appartements forment une unité d'habitation et constituent par voie de conséquence la résidence principale de l'intéressé.
Mais le Fisc refuse. Sa décision s'inscrit dans la ligne de celle par laquelle le Conseil d'Etat a jugé qu’un appartement occupé par un enfant majeur du contribuable, distinct de la résidence principale de ce dernier, ne peut être regardé comme constituant également la résidence principale de celui-ci, quand bien même l'enfant majeur serait encore à sa charge ou rattaché à son foyer fiscal.
Confirmation des juges du fond. La cour administrative d’appel de Versailles relève qu’à la date de la cession, le studio était habité par la fille majeure de la cédante, qui constituait un foyer fiscal distinct au vu de ses déclarations de revenus.


 Autres articles sur le même sujet :
Immobilier : Comment calculer la plus-value lors de la vente ?

Lors de la vente d'un bien immobilier, il est possible pour le vendeur de prendre en compte le coût des travaux qu'il a réalisés dans le calcul de la plus-value.

Spéculation immobilière : Saint Barth met un coup de frein

La taxe sur les plus-values immobilières, qui s'applique à Saint-Barth également à la résidence principale, s'élèvera à 35% si le vendeur occupe son bien depuis moins de cinq ans, au lieu de 20% en cas d'occupation antérieure.

Adresse fictive : attention au contrôle

Le domicile que l'on déclare pour obtenir un avantage lié à sa localisation doit être vraisemblable et ne doit pas être une simple "boite à lettres".

Location meublée : cas de nullité du congé

Le congé donné au locataire d'un logement meublé à usage de résidence principale doit être fondé sur la décision de vendre ou de reprendre le logement ou sur un motif légitime et sérieux.

L’épargne prise en compte pour l’APL

Dès le 1er octobre prochain, l'exécutif va modifier les règles de calcul pour être éligible aux aides personnalisées au logement. Il y inclura le patrimoine de certaines familles et pourrait intégrer l'épargne défiscalisée.

Précisions sur l’exonération de plus-value sur les résidences principales

Le ministre des finances et des comptes publics a été questionné sur les modalités d'application de l'exonération de plus-value prévue à l'article 150 U II du CGI en cas de vente par une personne de sa résidence principale ou bien à l'article 150 C II du CGI, aujourd'hui abrogé, d'un logement lorsqu'elle n'est pas propriétaire de sa résidence principale.