La transmission d’entreprise n’est pas assez préparée23/01/2017  



La deuxième édition du baromètre sur les entreprises familiales et les enjeux de transmission du cabinet Deloitte montre que malgré une forte volonté de perpétuer l'héritage familial et de s'ouvrir davantage, la transmission n'est pas suffisamment préparée pour la majorité des dirigeants, 59 % d'entre eux n'ayant pas de plan de succession défini. La volonté de perpétuer l'héritage familial est prédominant : 38 % des dirigeants d'entreprises familiales sont motivés par le souhait de préserver la dimension humaine et d'assurer la pérennité de l'entreprise dans la famille, mais aussi par la possibilité d'y développer des projets à long terme. Dans le cadre de la transmission, le repreneur idéal est un membre de la famille (76 %) afin de préserver le caractère familial de l'entreprise. Les critères de sélection sont principalement son expérience au sein de l'entreprise (66 %), la manifestation de son intérêt (57 %) et son leadership (56 %), et son expérience à l'extérieur (41 %). La réussite scolaire (22 %) et la lignée familiale (17 %) ne rentrent que peu en compte dans cette décision. Le travail en famille peut être considéré comme un frein pour rejoindre l'entreprise. Il est jugé comme une source potentielle de conflit pour 65% des dirigeants. Second frein avancé : des responsabilités jugées trop lourdes (34 %). L'ouverture du capital de l'entreprise pour financer la transmission ou développer la croissance est en majorité rejetée (à 81 %). En revanche, 86 % des dirigeants d'entreprises familiales se déclarent favorables à l'intégration de personnes externes à la famille au sein du Conseil d'administration ou du Directoire. L'ouverture de l'entreprise à des personnes externes à la famille permet de gagner en compétences (76 %) et aux dirigeants de se concentrer sur la stratégie (54 %). Période charnière de l'entreprise familiale, préparer la transmission est perçu comme crucial aux yeux du dirigeant. Pourtant, le manque de préparation est visible : la majorité des dirigeants (59 %) ne disposent pas d'un plan de succession. Parmi les freins à la transmission, on retrouve la fiscalité (18 %) ainsi que des obstacles liés au caractère familial de l'entreprise : l'absence d'un successeur motivé ou capable au sein de la famille (16 %), des raisons intrafamiliales (16 %), les difficultés à arbitrer les disputes et les ambitions au sein de la famille (11 %) ou encore les difficultés à choisir parmi les candidats au sein de la famille (4 %). Si 59 % des entreprises familiales ont d'ores et déjà identifié un membre de la famille comme successeur et 67 % (contre 60 % en 2015) ont pris des dispositions (pacte Dutreil, nue-propriété, mandat posthume, etc.) pour assurer leur pérennité en cas de force majeure, réussir la transmission ne fait pas partie des priorités à moyen terme des dirigeants. La majorité (59 %) ne dispose d'aucun plan de succession et seuls 11 % d'entre eux en ont établi un formellement. Sur le plan opérationnel, peu d'entreprises ont mis en place des outils d'échanges entre actionnaires (19 %) ou des règles de gouvernance (24%) permettant de préparer la transmission.  Aujourd'hui, seulement 22 % des entreprises familiales sont pourvues d'une charte familiale, alors que son contenu lié à l'histoire et aux valeurs de la famille (75 %), aux droits et aux devoirs des membres de la famille (59 %) ou aux règles de la gouvernance des institutions familiales (51 %), est à même de cadrer les transmissions.


 Autres articles sur le même sujet :
Que pensent les indépendants de leur banque ?

Huit dirigeants de TPE sur dix font confiance à leurs banques et à leur conseiller, selon le premier millésime d'un baromètre mis en place par la Médiation du crédit aux entreprises en collaboration avec Deloitte et In Extenso.

La cote des banques s'améliore... un peu

Selon le baromètre Deloitte 2017 sur la satisfaction des clients des banques, le sentiment de confiance repart à la hausse.

Quand l’héritage creuse les inégalités

Selon France Stratégie, depuis une vingtaine d’années, le patrimoine des Français augmente plus vite que leurs revenus, et il est de plus en plus détenu par les générations âgées.

Les loyers en colocation augmentent doucement

Selon le quatrième Baromètre Appartager.com, avec 2,07 % d’augmentation entre 2013 et 2014, le loyer en colocation atteint désormais 443 € en moyenne sur l’année.

Les vendeurs de plus en plus vieux

Selon les notaires d'Ile-de-France, entre 2005 et 2015, l'âge médian des personnes qui vendent leur logement est passé de 49 à 52 ans pour un appartement et de 53 à 57 ans pour une maison.

Plan d’Epargne Retraite Entreprises : le boom continu !

En 2016, les cotisations des Plans d’Epargne Retraite Entreprises sont en hausse de 6 % et atteignent 2,4 milliards d’euros, dont 163 millions d’euros de versements volontaires (+11 %).