Assurance-vie : la rupture conventionnelle n'est pas un motif d'exonération d’impôt15/02/2016  



Questionné par un sénateur (question Fouché n° 14137), le secrétariat d'Etat chargé du Budget rappelle que l'exonération s'applique seulement "si l'intéressé s'est trouvé privé d'emploi pour une raison indépendante de sa volonté et a été inscrit comme demandeur au Pôle emploi. Tel n'est pas le cas lorsque la perte d'emploi résulte d'une rupture conventionnelle du contrat de travail" qui relève d'un accord commun entre employeur et employé. En pareil cas, les produits sont par conséquent imposables dans les conditions de droit commun.


 Autres articles sur le même sujet :
Le système du quotient s’applique aux rachats des contrats d’assurance-vie

Les revenus de capitaux mobiliers perçus lors du dénouement de contrats d’assurance-vie sont éligibles au système du quotient pour le calcul de l’impôt sur le revenu.

Assurance-vie : précisions sur la clause bénéficiaire

La clause bénéficiaire du contrat d'assurance-vie peut revêtir différentes formulations.

Actions et assurance vie : un pari qui n’est pas aussi risqué qu’on pourrait le penser !

Pour dynamiser son contrat d’assurance vie, l’épargnant ne doit pas hésiter à accepter une dose de risque et aller chercher de la performance sur des actifs plus risqués que les emprunts d’Etat ou les bons du Trésor, notamment sur les actions.

Rachat partiel et ISF

Quelle valeur du contrat de capitalisation doit être déclarée à l'ISF en cas de rachat partiel ou de pertes ?

L’assurance-vie restera préservée de la flat tax

L'assurance-vie devrait échapper à la prochaine flat tax sur les placements pour les contrats inférieurs à 150 000 euros.

L'assurance-vie est toujours soumise à l'ISF

Les contrats d'assurance-vie dont le contribuable n'a pas la libre disposition parce qu'il en a fait la garantie d'un emprunt, ne sortent pas pour autant de son patrimoine taxable au titre de l'impôt sur la fortune (ISF).